Votre guide sur les télescopes et l'astronomie

Le bon télescope n'est qu'à un clic de souris, mais il peut être difficile de trouver celui qui vous convient. Chez Operation Suricate, nous sommes là pour vous aider à trouver le télescope parfait pour vos besoins. Tel un suricate, il ne vous restera plus qu'à lever les yeux au ciel et apprécier le spectacle !

Bienvenue dans nos meilleurs guides des télescopes, entièrement mis à jour pour 2020.

Le choix d'un télescope neuf ou de remplacement est l'une des décisions d'achat les plus difficiles que nous prenons en tant qu'astronomes. C'est pourquoi, à Opération Suricate, nous nous efforçons de faciliter cette décision.

Des tests détaillés de télescopes Nous avons créé des tests de télescopes pour tous les besoins, en examinant en profondeur des dizaines de modèles individuels et surtout en les utilisant en conditions réelles quand cela était possible.

Au fil des pages du site, vous allez découvrir un panel de télescopes et trouverez celui qui correspond à votre besoin grâce au conseil d'astronomes amateurs mais de terrain !

Que faut-il savoir avant d'acheter son premier télescope ?

Un télescope est un cadeau très apprécié, surtout pendant les vacances. Il peut être un portail vers l'univers et offrir une vie entière de plaisir.

Mais il n'existe pas de télescope "parfait", tout comme il n'existe pas de voiture parfaite. Vous devriez plutôt choisir un télescope en fonction de vos intérêts en matière d'observation, de votre mode de vie et de votre budget. De nombreux (et sans doute la plupart) bons télescopes pour débutants coûtent 400 euros ou plus, bien que certains excellents modèles soient disponibles pour moins de 250 euros.

Voici donc un guide pour vous aider à comprendre l'"univers" des modèles de télescopes disponibles aujourd'hui. Muni de ces quelques types de télescopes de base, vous aurez une bonne idée de ce qu'il faut rechercher (et de ce qu'il faut éviter) lorsque vous parcourrez le marché à la recherche de votre nouveau télescope. Recherchez celui qui vous convient le mieux !

Le télescope que vous choisirez aura deux caractéristiques essentielles : une optique de haute qualité et une monture stable et facile à utiliser. Toutes choses étant égales par ailleurs, les grands télescopes sont plus performants et plus faciles à utiliser que les petits, comme nous le verrons plus loin. Mais ne négligez pas la portabilité et la commodité - le meilleur télescope est celui que vous utiliserez réellement !

L'ouverture est la caractéristique la plus importante d'un télescope

La caractéristique la plus importante d'un télescope est son ouverture - le diamètre de sa lentille de collecte de la lumière ou miroir, souvent appelé objectif. Cherchez les spécifications du télescope près de son foyer, à l'avant du tube ou sur la boîte. Le diamètre de l'ouverture (D) sera exprimé en millimètres ou, plus rarement, en pouces (1 pouce équivaut à 25,4 mm). En règle générale, votre télescope doit avoir une ouverture d'au moins 70 mm (2,8 pouces) - voire plus.

Une ouverture plus grande vous permet de voir des objets plus petits et des détails plus fins qu'avec un télescope plus petit. Mais un bon petit télescope peut quand même vous en montrer beaucoup, surtout si vous vivez loin des lumières de la ville. Par exemple, à partir d'un endroit sombre, vous pouvez repérer des dizaines de galaxies au-delà de notre propre Voie lactée grâce à un télescope d'une ouverture de 80 mm (3,1 pouces). Mais vous aurez probablement besoin d'un télescope de 6 ou 8 pouces (comme celui illustré à droite) pour voir ces mêmes galaxies depuis un jardin de banlieue. Et quelle que soit la luminosité de votre ciel, la vue à travers un télescope à grande ouverture est plus impressionnante que la vue du même objet à travers un télescope plus petit.

Évitez les télescopes dont le grossissement est annoncé, en particulier les puissances invraisemblables comme 600×. Dans la plupart des cas, le grossissement utile maximal d'un télescope est de 50 fois son ouverture en pouces (ou deux fois son ouverture en millimètres). Il faut donc un télescope de 12 pouces de large pour obtenir une image décente à 600×. Et même dans ce cas, il faut attendre une nuit où les conditions d'observation sont parfaites.

Les types de télescopes du marché

  • Les réfracteurs ont une lentille à l'avant du tube - c'est le type que vous connaissez probablement le mieux. Bien qu'ils nécessitent généralement peu d'entretien, ils deviennent rapidement coûteux à mesure que l'ouverture augmente. Dans le jargon des réfracteurs, un apochromat offre une meilleure qualité optique (et est plus cher) qu'un achromat de même taille.
  • Les réflecteurs recueillent la lumière à l'aide d'un miroir situé à l'arrière du tube principal. Pour une ouverture donnée, ce sont généralement les moins chers, mais vous devrez ajuster l'alignement optique de temps en temps - plus souvent si vous le cognez beaucoup - mais cet ajustement (appelé collimation) est simple.
  • Les télescopes composés (ou catadioptriques), qui utilisent une combinaison de lentilles et de miroirs, offrent des tubes compacts et relativement légers ; deux modèles populaires que vous verrez souvent sont appelés Schmidt-Cassegrains et Maksutov-Cassegrains.

La longueur focale de l'objectif (F ou FL) est la clé pour déterminer le grossissement du télescope ("puissance"). C'est simplement la distance focale de l'objectif divisée par celle de l'oculaire, que vous trouverez sur son barillet. Par exemple, si un télescope a une longueur focale de 500 mm et un oculaire de 25 mm, alors le grossissement est de 500/25, ou 20×. La plupart des types de télescopes sont fournis avec un ou deux oculaires ; vous modifiez le grossissement en changeant d'oculaire avec des longueurs focales différentes.

La monture d'un télescope, choisir le modèle qui convient

Votre télescope aura besoin de quelque chose de solide pour le soutenir. De nombreux télescopes sont livrés avec un trépied ou une monture, bien que les tubes de certains petits télescopes n'aient souvent qu'un bloc de montage qui leur permet d'être fixés à un trépied photo standard avec une seule vis. (Attention, les tubes de certains petits télescopes ne sont souvent munis que d'un bloc de montage qui permet de les fixer à un trépied photo standard avec une seule vis : Un trépied qui est assez solide pour prendre des photos de votre famille peut ne pas être assez stable pour l'astronomie). Les montures conçues spécifiquement pour les télescopes renoncent généralement aux blocs de fixation à une seule vis au profit d'anneaux ou de plaques plus grandes et plus robustes.

Sur certaines montures, le télescope pivote à gauche et à droite, de haut en bas, tout comme sur un trépied photo ; ce sont les montures dites altitude-azimut (ou simplement alt-az). De nombreux réflecteurs sont montés sur une plateforme en bois simple et élégante, appelée dobsonienne, qui est une variante de la monture alt-az. Un mécanisme plus complexe, conçu pour suivre le mouvement des étoiles en tournant sur un seul axe, est appelé monture équatoriale. Ces montures sont généralement plus grandes et plus lourdes que les montures Alt-Az. Pour utiliser correctement une monture équatoriale, vous devez également l'aligner sur Polaris, l'étoile polaire.

Certains télescopes sont équipés de petits moteurs qui permettent de les déplacer dans le ciel en appuyant sur un bouton du clavier. Dans les modèles les plus avancés de ce type, souvent appelés télescopes "Go To", un petit ordinateur est intégré à la commande manuelle. Une fois que vous avez entré la date, l'heure et votre position (et de nombreux modèles plus récents n'exigent même pas que vous le fassiez), le télescope peut se pointer et suivre des milliers d'objets célestes. Certains "Go To" vous permettent de choisir une visite guidée des meilleurs objets célestes, avec un affichage numérique décrivant ce que l'on sait sur chaque objet.

Mais les "Go To" ne sont pas pour tout le monde - le processus de configuration peut être déroutant si vous ne savez pas comment trouver les étoiles brillantes d'alignement dans le ciel. De plus, les modèles Go To, moins chers, ont une ouverture plus petite que les télescopes d'entrée de gamme de même prix qui n'ont pas d'électronique.

Choisir les bons accessoires de téléscope

Tout comme vous ne pouvez pas conduire une voiture sans les clés, il y a quelques petits accessoires essentiels dont vous aurez besoin pour utiliser un télescope afin de "voyager parmi les étoiles".

Les oculaires

En amenant la lumière à un foyer, un télescope forme une image - une petite image flottant dans l'air à l'intérieur du tube. Mais il vous faut un moyen de voir l'image ! C'est à cela que servent les oculaires. Considérez-les comme de petites loupes pour regarder l'image. Changer d'oculaire vous permet de modifier le pouvoir grossissant d'un télescope (qui est égal à la distance focale de l'objectif divisée par la distance focale de l'oculaire). Chaque propriétaire de télescope devrait en avoir plusieurs.

Les oculaires se déclinent en une variété ahurissante de modèles aux noms exotiques. En général, plus un oculaire est cher, plus il possède d'éléments de lentilles. Les conceptions complexes à éléments multiples peuvent donner un champ de vision très large, et elles peuvent aussi compenser quelque peu les aberrations qui nuisent aux objectifs "rapides" (faible rapport f/ratio). En revanche, de nombreux amateurs trouvent que des modèles plus simples et plus anciens comme les Kellners, les Plössls et les orthoscopes suffisent pour les télescopes "lents" (rapport f/ratio élevé), comme l'unique réflecteur newtonien de 6 pouces f/8.

La plupart des télescopes sont fournis avec un ou deux oculaires. Idéalement, vous devriez posséder un ensemble qui couvre une gamme de grossissements. Vous pouvez vous attendre à dépenser entre 40 et 250 euros pour un bon oculaire.

Une lentille Barlow est également à envisager : elle multiplie la puissance de chaque oculaire par deux ou trois fois, doublant ainsi votre collection d'oculaires.

Un conseil concernant l'achat d'un télescope : évitez d'acheter un télescope qui utilise des oculaires dont les barillets ont une largeur de 24 mm (0,96 pouce). C'est généralement un signe de mauvaise qualité. De nos jours, presque tous les bons oculaires sont fabriqués avec des barillets de 1¼ pouces ou plus.

Les viseurs

Vous avez un télescope avec un oculaire en place. Et maintenant ? Naturellement, vous voudrez le pointer vers quelque chose ! Une simple visée le long du tube peut vous permettre de trouver la Lune et quelques étoiles ou planètes brillantes . . peut-être. Mais c'est tout. Un télescope astronomique ne peut pas être utilisé au pif sans l'aide d'un viseur.

La raison en est que même avec son oculaire de faible puissance et à grand champ, un télescope vous montre un si petit morceau de ciel que vous ne pouvez pas dire exactement où vous visez.

La plupart des télescopes sont vendus avec un vrai viseur : un vrai petit télescope qui se superpose au télescope principal. L'oculaire du viseur est muni d'un réticule que vous placez sur la cible souhaitée.

L'inconvénient est que la plupart des viseurs inversent la vue et que de nombreux viseurs d'entrée de gamme ne peuvent pas être utilisés par les porteurs de lunettes.

En fait, beaucoup trop de télescopes grand public sont livrés avec des viseurs bon marché qui sont si médiocres qu'ils sont inutiles. Méfiez-vous de ceux qui ont un tube à peine plus épais que votre doigt, ou qui donnent une vue floue et trouble pendant la journée. Un mauvais viseur est un point essentiel critique qui peut tuer l'utilité de l'ensemble du télescope.

Acheter votre nouveau télescope

On ne peut pas tester correctement les performances optiques d'un télescope dans un magasin, et beaucoup des meilleurs télescopes sont de toute façon vendus sur internet par Amazon ou des enseignes spécialisées. Vous devez donc vous renseigner auprès du vendeur sur les conditions de retour. Assurez-vous qu'on vous donne suffisamment de temps pour essayer un télescope sous les étoiles et la possibilité de le retourner pour remboursement.

Une fois que vous avez reçu le télescope, neuf ou d'occasion, examinez tout ce qu'il contient à la lumière du jour. La monture doit être suffisamment stable pour rester debout même si quelqu'un la heurte dans l'obscurité. Tapez légèrement sur le télescope tout en regardant une cible éloignée. La vue saute-t-elle un peu partout, puis se stabilise-t-elle ? Bien ! Mais si elle sautille pendant plusieurs secondes ou plus - ou si la vue bouge tellement quand vous tenez la molette de mise au point que vous ne pouvez pas faire la mise au point - ce sera infiniment frustrant. Enfin, vous devriez pouvoir déplacer le télescope facilement et en douceur (que ce soit en poussant le tube du télescope, en tournant un bouton ou en allumant un moteur électrique) sans à-coups ni problème de jeu.

L'évaluation des performances optiques du télescope dans le cadre de votre guide d'achat de télescope est plus difficile pour un nouveau venu en astronomie visuelle. Mais même un télescope peu coûteux devrait passer les tests nocturnes suivants :

  1. Pointez le télescope vers une région étoilée dans ou près de la Voie lactée. Utilisez un oculaire d'assez faible puissance. Les étoiles au centre du champ de vision doivent se concentrer sur des points sans éruptions ni halos colorés. (Des éruptions ou des halos peuvent apparaître au bord du champ de vision, mais ils ne doivent pas être proéminents avant au moins la moitié du champ).
  2. Maintenant, visez une étoile assez brillante et passez à une puissance élevée. Faites la mise au point sur l'étoile, puis tournez le bouton de mise au point d'un petit côté, puis de l'autre. Les images floues que vous voyez lorsque vous tournez le bouton dans un sens, puis dans l'autre, doivent être presque identiques. Il s'agit d'un test strict ; rare est le télescope qui le réussit parfaitement. Mais si les images de chaque côté de la mise au point sont manifestement différentes l'une de l'autre, l'optique est mauvaise et les vues ne seront jamais assez nettes qu'elles devraient l'être. (Les porteurs de lunettes d'astigmatisme doivent garder leurs lunettes pour ces tests).
  3. Le point final de ce guide d'achat de télescopes est d'examiner la Lune : elle doit paraître nette, pas floue, et ne pas produire d'images fantômes gênantes (résultat de revêtements inadéquats quelque part dans l'optique).

N'oubliez pas que le modèle parfait coûte très cher et que l'on peut voir beaucoup de choses avec un équipement imparfait. (C'est le seul que j'ai jamais possédé !) Soyez patient avec votre nouveau télescope et avec vous-même. En même temps, n'ayez pas peur de demander de l'aide et retournez à ce guide d'achat de télescope ! Avec le temps, les merveilles du ciel deviendront des amis familiers.